Planet Vertbaudet utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation sur son site et vous offrir des contenus personnalisés. En continuant, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

 

Faut-il croire au Père Noël ?

Faut-il croire au Père Noël ? - Forum Planet Vertbaudet

« Maman, comment ce gros monsieur arrive à passer par la cheminée ?... et si l’on n’en avait pas, il passerait par le radiateur ? » « comment fait-il pour savoir si les enfants sont sages ? ».  L’approche des fêtes de Noël est souvent sujette à de nombreuses questions auxquelles vous ne pouvez pas vous soustraire, et votre enfant vous parle de plus en plus de ce monsieur à la longue barbe blanche, le Père Noël. Alors est-ce lui mentir que de lui faire croire à cette féerie ?

Par : Planet vertbaudet

Les prémices du Père Noël

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver… et surtout vive Papa Noël ! Cette figure emblématique des enfants – appelé Outre-Atlantique Santa Claus - a vu le jour sous la plume de l’illustrateur Thomas Nast fin du 19ème siècle. Il posa les fondements oniriques de l’existence du Père Noël - personnage inspiré de « St Nicolas » - et notamment son lieu de résidence : le Pôle Nord. Un an plus tard, Georges P. Webster – écrivain – s’empressa de décrire la manufacture de jouets de ce bienfaiteur. La magie de Noël commence alors à voir le jour ! 1931, la première exploitation commerciale de ce gros monsieur en costume rouge, un large ceinturon en cuir noir à la taille, apparaît sur les publicités d’une célèbre marque de soda aux couleurs étrangement similaires… C’est le début d’une grande aventure, d’une médiatisation croissante de ce vieux monsieur qui fait rêver tant d’enfants et vient marcher sur les platebandes de l’enfant Jésus les 24 et 25 décembre.

Le Père Noël : c’est bon pour l’enfance !

L’enfant vit dans ce que l’on pourrait appeler le monde de « Oui-Oui ». Coloré, joyeux, un monde où dans les contrées reculées, aux abords des forêts mystiques encore peu connues du commun des mortels, des animaux farfelus parlent comme par enchantement. Un monde où la nuit tombée, les jouets s’empressent de prendre vie pour déambuler dans la chambre et organiser des réunions en catimini... Pour l’enfant, chaque situation est l’occasion de se plonger dans un imaginaire fabuleux. Lorsqu’il outrepasse les règles et se fait prendre la main dans le sac, la solution la plus spontanée pour éviter la punition reste : « c’est nounours qui a cassé ton bibelot maman… ». Rappelez-vous de cette publicité télévisuelle où l’enfant se protégeait de sa bêtise derrière son singe doudou, le fameux Murphy. Avec un slogan inoubliable, martelé mais tellement réaliste : « C’est pas moi, c’est Murphy…hum hum ».  

C’est avant 5 ans que son imagination est la plus débordante. C’est l’âge des jeux où l’imaginaire dirige les pensées et les règles. Il faut en profiter pour s’y engouffrer et y participer activement. L’imaginaire occupe donc une place prépondérante dans le développement psychique de l’enfant. Mais pouvons-nous parler de mensonge avant 7 ans ? Certains psychologues parlent plutôt de fabulation…

Pour le Père Noël nous sommes dans un schéma similaire. Nos enfants ont tellement envie d’y croire. Dans le sillage de la petite souris, des œufs de Pâques et des monstres en tout genre, le Père Noël occupe une place majeure dans le cœur de nos chérubins, il est même en pôle position…

Alors, pourquoi ne pas les laisser y croire et les aider à ouvrir les portes de leur imaginaire ?

Comment lui parler du Père Noël ?

C'est l’histoire d’un homme au cœur grand comme une planète, un vieux monsieur qui vit dans un pays lointain...

Laissez-vous conduire par votre imagination et présentez Noël comme un mythe poétique : «  Depuis la nuit des temps, nos parents nous content l’histoire d’un homme au cœur grand comme une planète, un vieux monsieur qui vit dans un pays lointain, un pays où il neige tout le temps, le pays dont tous les enfants rêvent la nuit de Noël.

Ce monsieur à la longue barbe blanche se déplace toujours en traîneau porté dans le ciel sur un lit de nuages par des rennes magiques. Et le soir de Noël, il dépose discrètement des milliers de cadeaux au pied des sapins… ». L’objectif est bien de le faire rêver et non forcément de lui faire croire dur comme fer qu’un homme vit depuis des lustres dans un pays reculé et travaille d’arrache-pied, 24 heures sur 24,  afin de façonner de nombreux cadeaux pour des millions d’enfants. N’hésitez pas à agrémenter votre histoire de détails croustillants, les enfants en raffolent ! D’ailleurs, ils ne manqueront pas de vous interpeller afin d’éclaircir certains points. Il faut vous inclure aussi dans les histoires, faire transparaître dans votre discours (avec finesse) que vous y êtes aussi pour quelque chose dans cette déferlante de bonheur. De cette manière, le jour de la grande révélation, votre enfant n’en sera que moins surpris ou tout du moins, moins déçu.

 

 

Quand dois-je vendre la mèche ?

Il a déjà 6 ans. L’heure du CP a sonné. « Mon loulou va se confronter à la dure réalité, celle de ses petits camarades… ». L’école primaire approche à grands pas. Des vérités vont tomber, et le Père Noël risque d’y passer ! Est-ce l’heure de la grande désillusion ? « Comment dois-je m’y prendre, dois-je tout lui avouer avant la rentrée ? ». De toute façon après 6 ans, il commence à mener  - avec ferveur - sa petite enquête et il préssent la supercherie. S’il ne vous en parle pas c’est qu’il veut encore y croire même si, enfoui dans son cœur, il sent bien que ce n’est pas le cas ! Devons-nous donc continuer à lui raconter des histoires ? Ces questions se font de plus en plus précises. Les doutes s’installent. Il vous déroute et vous piège. Rien ne sert de s’obstiner. Camper sur vos positions vous fera passer pour un simple fabulateur. Au contraire, c’est le moment de lui montrer qu’il grandit. De plus, Noël existera toujours !
Lorsque vous lui racontez son histoire du soir, il se doute bien que les arbres ne parlent pas ! Et ce n’est pas pour autant qu’il ne se laisse pas porter par son imaginaire. Il en va de même pour Noël ! La magie restera intacte si vous l’entretenez à travers les contes, les chants de Noël et les inoubliables décorations. Il trépignera toujours à l’approche du mois de décembre.
Papa Noël est partout ! Aux abords des grands magasins, placardé sur des 4x3 dans toute la ville, à la télé… Ce personnage est omniprésent à l’approche des fêtes de fin d’année. Faites de cette période un moment magique et inoubliable pour vos enfants. Qu’y a-t-il de plus beau qu’un enfant qui découvre ses cadeaux au pied du sapin ? Des souvenirs qui resteront gravés dans votre mémoire, et dans celle de vos enfants…

 

Crédit photo : Fotolia

Tiens !

ça peut m'intéresser aussi :