Planet Vertbaudet utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation sur son site et vous offrir des contenus personnalisés. En continuant, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

 

Gérer l'arrivée de bébé avec les aînés

Gérer l'arrivée de bébé avec les aînés  - Forum Planet Vertbaudet

Neuf mois (ou presque) se sont écoulés et vous allez bientôt accueillir au sein de votre famille un nouveau bébé. Il est attendu, évidemment, et vous avez réussi à préparer au mieux l’aîné (ou les aînés) grâce à nos petits conseils,  mais il va falloir désormais compter avec la réalité ! Hé oui, tant que bébé était bien au chaud, il ne criait pas, ne hurlait pas, ne demandait pas toute votre attention…désormais il est dehors, prend finalement pas mal de place et chacun va devoir s’adapter à cette nouvelle configuration familiale. 

Par : Marie Perarnau

Des crises de régression en passant par les bêtises dès que vous êtes en train de vous occuper de ce nouveau bébé, vous allez en voir parfois de toutes les couleurs avec votre aîné ! 

 

Pour éviter de craquer et de culpabiliser, voilà quelques petites idées pour apprendre à vivre ensemble, à s’amadouer, à ne pas commettre trop d’impairs et de faciliter ce passage à un de plus ! Et puis n’oubliez pas, une famille qui s’agrandit, au fond, oui c’est plus de chamailleries, plus de stress, plus de fatigue mais c’est aussi plus de sourires, de jeux et de moments heureux partagés !
 

 

 

La naissance 

 

Ça y est, le jour J est arrivé et bébé va enfin arriver. Tout le monde est très excité, votre aîné également et il vous faudra trouver pour lui un moyen de garde dont il a l’habitude le temps que vous alliez accoucher.

 

Evidemment, rien ne se déroule jamais comme on le souhaite donc ayez quelques plans B au cas où .

 

Evitez d’envoyer l’enfant en vacances chez ses grands-parents (ou autre) au moment prévu de la naissance, c’est très difficile pour lui de se sentir « exclu » de ce moment, de la famille (à moins qu’il ne soit très proche et puisse revenir rapidement en cas de naissance). 

 

Après l’accouchement, vient le moment de la fameuse visite à la maternité. Vous pouvez, pour l’occasion, prévoir quelques petits cadeaux pour le/les aîné(s) de la part du bébé, plutôt pour le geste et pour que votre grand ne s’ennuie pas trop à la maternité (il n’y a pas grand-chose à y faire). 

 

Petite astuce de sage-femme : au moment où vous savez que votre aîné va arriver (faites-vous prévenir par SMS par le papa) et si c’est possible, posez le bébé dans son berceau à côté de vous. En effet, vous aurez ainsi les bras disponibles pour votre aîné qui vient vous voir et ce sera lui SEUL qui ira à la rencontre de ce tout petit bébé, ce n’est pas VOUS qui lui présentez comme un fait.
Évidemment, si bébé est en train de téter, ne l’arrachez pas du sein, mais essayez de le poser (ou de le prêter au papa) durant la visite afin d’être là pour votre aîné. Symboliquement c’est important. 
 

 

Le retour à la maison en toute sérénité

 

Pas évident ce retour à la maison. Il signifie : le bébé reste là pour toujours. En plus, on lui parle toujours gentiment, il ne va pas se coucher à 20h, il peut brailler sans aucune raison et on le cajole dans les bras.

 

Hum, l’aîné a de quoi déchanter surtout que le « formidable petit frère avec lequel tu vas pouvoir jouer » tient à peine éveillé vingt minutes avant de manger et de dormir. Pas passionnant.

 

A la maison, briefez votre aîné : oui le bébé dort, mange et pleure. Il faut le baigner et le changer. On peut lui parler, lui faire des petits câlins mais NON, on ne le porte pas et NON, on ne lui jette pas son hochet sur la tête.

 

Si l’écart est mince entre vos enfants, veillez à toujours garder un œil sur eux histoire d’éviter ce type d’accidents, même si votre aîné veut bien faire, il reste petit lui aussi. Pensez donc à bien accrocher bébé dans son transat et à ne pas le poser sur le canapé ou lit, ou tout autre endroit d’où on pourrait le faire tomber, même sans mauvaise intention. 

 

Mais vous allez rapidement trouver votre rythme et votre façon de fonctionner, il vous suffira d’avoir toujours un endroit où poser bébé et ça ira !

 

Privilégiez le portage au maximum, ainsi vous aurez un bébé calmé et les deux mains de libres pour tout faire (ou presque).
 

 

Faire face à la crise de manière calme et posée

 

Il y aura forcément des moments de crise, c’est évident. Parce que jalousie, parce que fatigue (de la part des parents et des enfants), parce que « ras le bol » et parce que c’est ainsi ! 

 

Au quotidien, vous allez parfois vous sentir dépassée de devoir gérer des enfants aux rythmes et aux besoins différents, et évidemment, personne n’y mettra du sien. 

 

Il n’y a pas de solution miracle, juste l’importance de dire et de verbaliser les choses sans être non plus constamment dans la plainte et dans l’injonction vis-à-vis de votre aîné. Mais n’hésitez pas à lui dire, quitte à en rajouter « tu sais, il me fatigue ce bébé et en plus, il ne sait même pas manger sa purée tout seul !! ».

 

Mettez de l’humour dans la gestion de ces enfants, dites au bébé « tu vas attendre que ton grand frère ait fini de me raconter sa journée avant de manger » même s’il ne comprend pas.

 

Parce que le grand-frère, lui, comprendra qu’il compte et que ce n’est pas parce que le bébé est là qu’il n’existe plus. 
 
Au quotidien, rassurez le grand en lui disant à quel point vous êtes fière de lui, à quel point il est GRAND (vous éviterez un brin la régression) et que vous pouvez compter sur lui autant qu’il peut compter sur vous. Essayez de lui octroyer des moments rien qu’à lui, pendant l’histoire du soir, ou pour le bain, voire même pour une sieste (si le petit dort miraculeusement).

 

L’aîné régresse ? 

 

C’est normal, n’en faites pas une source de stress. Il veut que vous lui redonniez la béquée ? Il fait de nouveau pipi au lit (ou même en journée) ? Il parle comme un bébé ?
C’est tout à fait normal et n’y mettez pas trop d’émotion car c’est exactement l’effet recherché. 

 

Pour les repas, donnez-lui la béquée s’il demande et les fois suivantes, expliquez au bébé qu’un jour il saura manger TOUT SEUL comme son grand-frère. Entendant cela, flatté, le grand devrait reprendre fissa sa cuillère.  

 

Pour la propreté, idem, n’en faites pas toute un affaire et changez votre aîné en le rassurant « ce n’est pas grave, tu n’as pas été assez rapide, la prochaine fois pense à demander avant » et ne lui hurlez pas dessus en lui disant qu’il l’a fait exprès de jouer au bébé.

 

Ne lui montrez pas que ça vous stresse, restez zen et calme, et rappelez lui que vous l’aimez, comme ça, de temps à autre, ça ne coûte rien et ça le rassure. 

 

En bref, après la naissance, c’est parfois peu évident de jongler avec des enfants aux rythmes et aux besoins différents. Vous êtes fatiguée, épuisée et vous craquez parfois. Votre aîné peut également choisir cette période pour enchaîner les bêtises ou bien régresser, ce qui a le don de vous énerver. Restez zen, prenez les choses comme si elles n’étaient pas SI graves et surtout valorisez l’aîné dans ses apprentissages et dans son attitude de « grand ».

 

Sans le forcer à grandir trop vite et tout en continuant à être très présente pour lui, montrez-lui à quel point vous êtes fière de ce qu’il est.

 

Et n’oubliez pas qu’avec le Papa vous formez une équipe alors pensez au relai, chacun prend un enfant et fait une sortie sympa avec lui, et puis on échange. Parfois se scinder est salvateur !
 

 

 
Puis le temps va passer et chacun trouvera sa nouvelle place, au début, entre deux ou à la fin, s’adaptant à la nouvelle configuration familiale, prenant d’autres réflexes.  
Et dans quelques années, ils discuteront, complices dans le bain, ou s’écharperont pour une petite voiture ou un crayon de couleur bleu.
Et vous ne regretterez pas…
 

Tiens !

ça peut m'intéresser aussi :