Planet Vertbaudet utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation sur son site et vous offrir des contenus personnalisés. En continuant, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

 

Il fait des colères

Il fait des colères - Forum Planet Vertbaudet

Parfois, votre enfant décide que tout lui est permis et pique une grosse colère quand vous vous opposez à lui. Il se met à crier et pleurer bruyamment, devient alors tout rouge et ne cesse de remuer dans tous les sens en guise de protestation. Pourtant, avec un peu de patience, il est possible de venir à bout de ces épisodes de contestation.

Par : Anne-Laure Guiot

Chez le tout-petit, la colère s’exprime notamment entre 9-10 mois et 2 ans de façon plus ou moins virulente. "Cette réaction de contestation est tout à fait saine, normale, logique et donc inévitable. Elle survient davantage chez les garçons que chez les filles, dès que l’enfant prend conscience de son moi intérieur et qu’il existe donc en tant que petite personne à part entière avec ses exigences propres, explique le docteur Bernard Bedouret, pédiatre et auteur (*). La situation s’arrange par la suite quand il grandit."

 

En général, bébé se met en colère à cause d’une frustration, d’un refus, d’un échec ou sans que vous ne compreniez pourquoi. "C’est le cas quand on lui refuse une friandise ou lorsqu’il se vexe quand il ne parvient pas à faire quelque chose", cite, à titre d’exemples", notre spécialiste. Mais une colère peut aussi se déclarer après un refus de bébé d’obéir à ses parents. "Parfois encore, il subit une telle frustration désagréable qu’il bloque sa respiration et devient tout bleu : cette apnée émotionnelle dans laquelle il se plonge est aussi appelée « spasme du sanglot ». Il est inutile de vous inquiéter : cette réaction impressionnante au premier abord est sans gravité", rassure le pédiatre.

 

Dans de rares cas, la colère peut parfois prendre des proportions considérables : les enfants se roulent par terre, hurlent comme jamais, deviennent violents en frappant des objets, leur frère et sœur, leurs parents voire eux-mêmes. "Ces réactions extrêmes sont le reflet d’angoisses profondes et nécessitent alors une prise en charge adaptée via des consultations régulières chez un pédopsychiatre", fait remarquer le docteur Bernard Bedouret.

 

Mais la plupart du temps, la colère d’un enfant n’est pas grave. "Il utilise ce comportement pour obtenir ce qu’il veut de ses parents, d’où la nécessité de ne pas céder ou de trouver une solution de compromis", souligne le pédiatre. Dans tous les cas, il est important de ne pas s’emporter contre votre tout-petit. "Le risque de ce type de situation est de donner une mauvaise réponse qui peut aller jusqu’à la maltraitance, prévient le spécialiste. L’important est donc de rester calme et de faire preuve de patience à son égard sans pour autant vous laisser impressionner ou amadouer. Il est essentiel de ne pas culpabiliser ou d’en vouloir à l’enfant, de bien rester dans votre rôle de parents et donc de savoir dire « non » quand la situation l’impose."

Sources

Les pleurs, les comprendre pour mieux soulager bébé, Collection Les petits guides parents, Docteur Bernard Bedouret, Editions Nathan.
SOS Parents débutants, Docteur Bernard Bedouret, Editions Leducs.

Tiens !

ça peut m'intéresser aussi :