Planet Vertbaudet utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation sur son site et vous offrir des contenus personnalisés. En continuant, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

 

L’instinct maternel ou la naissance d’une mère

L’instinct maternel ou la naissance d’une mère - Forum Planet Vertbaudet

Devenir mère, c’est lâcher son propre statut d’enfant et partir à la rencontre de son bébé. Certaines femmes se sentent mamans tout de suite, tandis que d’autres construisent progressivement cette nouvelle relation. Alors est-il inné de devenir mère ou bien cela s’acquiert-il au fil du temps ?

Par : Anne-Laure Guiot

Du désir d’enfant à la rêverie maternelle

 

L’instinct maternel se définit à travers le lien d’amour intime et vital qui vous unit à votre tout-petit. Il prend forme au moment du désir d’enfant – la fameuse envie de bébé – qui permet d’aboutir à la conception. Puis il naît tout au long de la grossesse au cours de laquelle la jeune femme puise dans la rêverie maternelle pour se projeter comme future maman. Elle se représente alors un bébé imaginaire qu’elle investit narcissiquement ce qui lui permet de se l’approprier.

 

 

Les racines de l’enfance

 

L’instinct maternel prend ses racines dans l’enfance. En effet, devenir mère, c’est abandonner son statut d’enfant et passer de l’autre côté de la barrière pour mieux prouver à sa propre mère que l’on a réussi ce passage en tant qu’adulte à part entière. Pour cela, la jeune maman s’appuie sur ce qu’elle a vécu avec sa propre mère soit en reproduisant le même schéma, soit en faisant autrement. D’où l’importance du lien intergénérationnel. Devenir mère, c’est aussi faire face à l’angoisse de séparation et de mort et ainsi prendre conscience du sentiment de finitude (sentiment du devoir mourir de l’être humain) en s’inscrivant dans la succession des générations. C’est également affronter de nouvelles responsabilités et d’éventuelles souffrances. 

 

 

Du bébé imaginaire au bébé réel 

 

L’instinct maternel s’élabore lors de la rencontre entre la mère et son bébé au moment de l’accouchement puis lors des premiers échanges de regards, de sourires et de tendresse.

L’arrivée de bébé est souvent synonyme d’un grand bouleversement marqué par des sentiments contradictoires. Rien à voir avec l’idée que vous vous faisiez de devenir mère, ni avec ce que vous avez pu lire dans les livres et magazines ou voir dans les films. Même si vous avez profondément désiré cet enfant, vous n’êtes pas toujours transportée par des élans d’amour et de tendresse à son égard à sa naissance. Il arrive que vous éprouviez une certaine tristesse, angoisse voire déprime à ce moment-là et que vous vous sentiez mal à l’aise ou débordée face aux exigences de votre tout-petit. "En effet, il y a souvent une confrontation voire un réel choc entre le bébé imaginaire rêvé et idéalisé pendant la grossesse et le bébé réel", souligne Alix Putz, psychologue et animatrice d’ateliers d’échanges entre mères au sein du Mouvement Mondial des Mères-France. Parfois, l’instinct maternel ne va pas de soi. C’est ce qui explique qu’une mère sur dix fasse une dépression post-partum et une sur trois un baby blues.

 

 

Un comportement non inné

 

En effet, contrairement aux idées reçues, ce n’est pas forcément quand bébé vient au monde que vous développez immédiatement votre instinct maternel ou sixième sens, selon le nom qu’on lui attribue. Freud a comparé la façon dont il se manifeste chez les animaux et les hommes. Les premiers sont programmés pour assurer la survie de leur espèce et ont naturellement un comportement inné à l’égard de leurs petits. Lorsque vous accouchez, vous ne savez pas toujours quels gestes adopter pour prendre soin de votre bébé. Un tel comportement n’a rien de spontané ou d’inné. Il est plus de l’ordre de l’imitation des attitudes de mères observées dans l’entourage. On ne peut donc pas parler seulement d’instinct. Les femmes ont souvent besoin d’accompagnement et de soutien notamment pour allaiter. C’est pourquoi il est fortement conseillé de participer à des groupes d’échanges entre mères (Mouvement Mondial des Mères, Leche League…) pour qu’elles puissent s’imprégner de l’expérience d’autres femmes et surmonter les difficultés qu’elles sont susceptibles d’avoir à surmonter si elles ont le désir d’allaiter. Car la plupart des soins (allaitement, pratique du peau à peau, toilette) favorisent également le rapprochement avec l’enfant.

 

 

Une transformation fondamentale et irréversible

 

Dans le cadre de la grande enquête "Ce que les mères d’Europe veulent", réalisée en 2011 par le Mouvement Mondial des Mères-Europe, près de 8282 mères ont été invitées à répondre à la question suivante : "Si vous parliez à une femme qui est enceinte de son premier enfant, comment décririez-vous ce que c’est que devenir une maman ?". Parmi les deux principales réponses, on note que la naissance du premier enfant constitue un changement majeur et irréversible de centre d’intérêt, de priorités et de parcours de vie. Une mère ne considère plus jamais la vie de la même manière qu’avant. Les jeunes mamans ont également souvent indiqué que la responsabilité de la maternité est un défi énorme et très exigeant, mais qu’elle en vaut vraiment la peine. Souvent, après la confusion des sentiments, présente les premiers jours, la relation entre maman et bébé va progressivement se construire et laisser la place à l’amour maternel, nécessaire à la vie et au développement de l’enfant.  

 

 

Pour plus d’informations :

Mouvement Mondial des Mères-France

www.mmmfrance.org

 

 

Crédit Photo : Getty

 

 

Tiens !

ça peut m'intéresser aussi :