Planet Vertbaudet utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation sur son site et vous offrir des contenus personnalisés. En continuant, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

 

Le congé parental d’éducation

Le congé parental d’éducation - Forum Planet Vertbaudet

Depuis votre retour de la maternité, votre bébé dans les bras, l’idée fait son chemin, petit à petit : l’envie de faire un break et de mettre votre vie professionnelle entre parenthèses afin d’occuper un autre job à plein temps : celui de maman ! Pourtant, cette décision n’est pas facile à prendre : allez-vous vous en sortir financièrement ? Est-ce que vous retrouverez votre poste après ? Et papa dans tout ça ?

Par : Valérie Mocydlarz

Depuis la réforme de 2015, le congé parental a évolué pour s'adapter aux changements des mentalités et de la société.
 
 
Petit rappel : le congé parental d’éducation offre, aux mamans et aux papas qui le souhaitent, la possibilité de faire une «pause bébé» après la période légale du congé maternité postnatal.  C'est à dire de réduire ou de cesser leur activité professionnelle, tout en bénéficiant d’un soutien financier, et en ayant la garantie de retrouver leur poste dans l’entreprise après le congé. Voilà pour l'idée générale. Entrons maintenant dans le détail.
 
 
La réforme du 1er janvier 2015 a été voulue pour mieux répartir les responsabilités familiales au sein du couple et inciter plus de jeunes pères à prendre un congé afin de s'investir pleinement dans leur rôle auprès de bébé. En effet, Si 60 % d'entre eux profitent de leur congé paternité, ils sont encore assez rares à opter pour le congé parental (moins de 4%).

 

Le congé parental : comment ça marche ?

 
> Pour un premier enfant : la durée du congé parental indemnisé est portée à 1 an. Il est désormais partagé entre les 2 parents : 6 mois pour chacun, à prendre en même temps ou à la suite.
 
> À partir du deuxième enfant : le congé est d'un an, renouvelable 2 fois, soit 36 mois au total. Là encore, la durée est à répartir entre le père et la mère, mais chacun des parents ne pourra prendre que 24 mois maximum d'affilée.
 
A NOTER : cette disposition ne concerne que les enfants nés ou adoptés à partir du 1er janvier 2015 et ne s’applique pas aux droits des congés parentaux en cours.

 

Un droit pour tous les parents

 

Tout salarié ayant au moins un an d’ancienneté peut bénéficier d’un congé parental d’éducation : à la naissance (jusqu’aux 3 ans de l’enfant) ou à l'adoption (jusqu’à aux 16 ans).

 

Congé total ou partiel : vous avez le choix   

Pendant la période du congé, chacun des parents a la possibilité de choisir entre un arrêt total ou un temps partiel.  
Si vous optez pour un congé total : votre contrat de travail est alors temporairement suspendu.  
Si vous préférez un allègement de votre temps de travail : vous pouvez choisir votre volume horaire, avec un minimum de 16 heures par semaine.  La répartition des horaires est fixée en accord avec votre employeur. Si vous ne parvenez pas vous entendre, sachez que c’est votre employeur qui décidera, mais que vous pouvez contester sa décision en cas d'abus.
 

 

Comment en faire la demande ?  

 

Vous devez avertir votre employeur du début et de la fin de votre congé parental (ou de votre reprise à temps partiel), de préférence par lettre recommandée avec accusé de réception.
Si vous préférez, vous pouvez aussi lui remettre la déclaration en main propre contre décharge (récépissé). Envoyez votre lettre au moins un mois avant la fin de votre congé maternité. Si vous avez déjà repris le travail, le congé débutera 2 mois après la date d’envoi de ce courrier.
En cas de renouvellement, vous êtes tenue d’avertir votre employeur au moins un mois avant la date de fin de votre première période de congé, toujours par lettre recommandée.

 

 

Congé parental d’éducation rime-t-il avec rémunération ?

Depuis le 1er janvier 2015, la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PReParE) remplace le CLCA (complément libre choix d'activité).

Bien sûr, si votre votre congé parental date d'avant le 1er janvier 2015 : rien ne change et vous continuez à percevoir le CLCA.
 
Pour bénéficier de l’intégralité de la PreParE, les deux parents doivent prendre un congé parental.
Vous devez également justifier d’au moins 8 trimestres de cotisations vieillesse dans les :

 

• 2 dernières années, si c’est votre premier enfant,
• 4 dernières années, si vous avez deux enfants,
• 5 dernières années, à partir de trois enfants.
 
 

> Si vous optez pour le congé parental d’éducation total : l'allocation mensuelle s'élève à 390, 92 €.
 
> Dans le cas du travail à temps partiel, vous toucherez des indemnités au prorata du temps de travail : 252,71 € par mois pour une durée de travail inférieure ou égale à un mi-temps et 145,78 € par mois pour une durée de travail comprise entre 50 % et 80 %.
 
> Pour les familles d’au moins trois enfants, vous pouvez demander à bénéficier de la PreParE majorée. Son montant est plus important, 638,96 € par mois, mais la durée de versement est plus courte : 8 mois maximum pour chaque parent.
 
 
> Dans le cas d'une famille monoparentale : le parent peut bénéficier de la PreParE jusqu'au 1er anniversaire pour un premier enfant et jusqu’au 3ème anniversaire dès le deuxième enfant.
 
Ces montants sont valables jusqu'au 31 mars 2017.

De retour au boulot…

 

Vous êtes impatient(e) de renouer avec votre milieu professionnel et, en même temps, cela vous angoisse un peu.
Un état d’esprit paradoxal peut-être, mais tout à fait normal. Comment allez-vous être accueilli(e) ?
Qu’est-ce qui a changé au bureau ? Quelles nouvelles têtes allez-vous découvrir ? Et surtout, quelqu’un a-t-il pris votre place ? Vous pouvez être au moins certaine d’une chose : vous devez être réintégré(e) à votre poste initial, ou à défaut, retrouver un emploi similaire, et surtout, aux mêmes conditions de salaire. En effet, pendant votre congé, votre contrat n’est pas rompu, mais simplement suspendu.

 

 

Maman ou papa à plein temps : un « job » pour moi ?

Je ne supportais pas de laisser mon bébé aux soins d'une nounou.

 

Telle est la question !  
Pour une femme, il est parfois difficile de jongler avec toutes les casquettes…
Dans un monde idéal, qui par définition n’existe pas, on se voudrait au top, championne toute catégorie : maman disponible, épouse comblée et femme active reconnue dans son boulot.

Mais pour de vrai, comme disent les enfants, il faut savoir transiger, faire des concessions… 

S’arrêter de travailler est parfois une évidence, comme pour Caroline qui n’a pas du tout « supporté l’idée de laisser son bébé aux soins d’une nounou, aussi expérimentée soit-elle ». 

 

Pour d’autres femmes, c’est un sacré dilemme : Julie a hésité jusqu’au dernier moment, elle a même repris le boulot, fait ses comptes pour finalement décider de s’accorder 2 jours « maman-bébé » par semaine !

 

Chez certains couples, l’arrivée de bébé a complètement changé la donne : chez Cédric et Audrey, c’est papa qui a « choisi de se donner de l’air « pour à la fois profiter de Noé et prendre du recul avec un job trop stressant ! »

 

Chaque situation est unique…  Et parmi les options prévues dans le cadre du nouveau congé parental, vous devriez trouver celle qui fera le bonheur de votre famille !

 

Passons maintenant en revue les questions les plus fréquemment posées sur ce sujet.

 

Le congé parental doit-il être forcement pris tout de suite après le congé maternité légal ?

Ce n’est pas une obligation. Il peut débuter à tout moment (jusqu’au 3ème anniversaire de l’enfant), même si vous avez déjà repris le travail.

 

Mon employeur peut-il refuser ?

Le congé parental est un droit. Si vous remplissez les conditions : votre employeur est tenu d’accepter votre demande.

 

Puis-je revenir avant la date prévue ?

La reprise anticipée est autorisée seulement en cas de décès de l'enfant ou de diminution importante des ressources du foyer.  

Puis-je travailler ailleurs pendant mon congé ?

Impossible d’avoir le beurre et l’argent du beurre… pas de travail pendant le congé, à l’exception du métier d’assistance maternelle. Seule une formation professionnelle est autorisée.

 

Est-ce que je conserve mes droits ?

Vous conservez tous vos avantages acquis avant le congé. Et celui-ci compte pour moitié dans le calcul de votre ancienneté.

 

 

Sources

http://www.travail.gouv.fr/ et http://www.caf.fr/
http://www.service-public.fr Les mères qui travaillent sont-elles coupables ? (Editions Albin Michel, 2000) Sylviane Giampino. Eloge des mères (Editions Robert Laffont, 2001) Edwige Antier.
Crédit photo : Getty Images
 

commentaires (0)

Merci de décrire le plus précisément possible ce que vous souhaitez signaler au modérateur de Planet vertbaudet

envoyer

Tiens !

ça peut m'intéresser aussi :