Planet Vertbaudet utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation sur son site et vous offrir des contenus personnalisés. En continuant, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

 

Découvrez aussi :

Le sommeil de bébé : bonnes pratiques, cycle et rythme à chaque âge

Le sommeil de bébé : bonnes pratiques, cycle et rythme à chaque âge  - Forum Planet Vertbaudet

Dormir… les premières semaines de bébé, c’est notre principale préoccupation. Quand fera-t-il ses nuits ? Quand referons-nous les nôtres ? Comprendre comment le sommeil de bébé fonctionne à chaque âge, quelles sont les meilleures pratiques pour coucher notre nouveau-né et les meilleures astuces quand il refuse d’aller se coucher, on décortique le sommeil de notre enfant… tout ça en chuchotant, bien sûr.

Par : Véronique estrades

Comment coucher bébé en sécurité ?

 

Première interrogation : de quelle façon coucher un nourrisson ?
Il y a une seule et bonne manière de coucher bébé : sur le dos. Pour l’aménagement de son berceau, notre nouveau-né n’a pas les mêmes standards de confort que nous : un matelas dur, pas d’oreiller, ni de couette, un entourage de lit léger et une gigoteuse. Son doudou est placé hors de portée. Ces dispositions permettront d’éviter tout accident. On vérifie la stabilité et la profondeur du berceau pour éviter qu’il ne bascule lorsqu’il sera en âge de se tenir sur ses jambes. On veille à ce que la température de la pièce ne dépasse pas 19°C. Pour être tout à fait vigilant et se rassurer, on place un écoute-bébé dans sa chambre. 

 

Le sommeil de bébé durant les premières semaines

 

Un nourrisson dort en moyenne 19 heures par jour durant les premières semaines. Ce temps de récupération lui permet de fabriquer ses hormones de croissance. Il est donc indispensable à son bien-être et à son équilibre. Il faudra attendre son 1er mois pour qu’il puisse se régler. Le sommeil est très agité pendant ses premières semaines. Laissez donc votre bébé trouver son rythme, il vous laissera bientôt de nouveau apprécier votre lit douillet.

 

Le sommeil de bébé à 2 mois

 

Aussi connus que redoutés, les fameux « pleurs du soir » apparaissent au fil des semaines. Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls parents à écouter au quotidien ce tintamarre nocturne. Comprendre les pleurs de bébé ça s'apprend. Ces pleurs sont juste le moyen qu’il a le plus naturellement trouvé pour se décharger de son surplus d’émotion et d’énergie. Il faut résister et surtout ne pas lui proposer à manger en dehors de ses horaires ou le consoler. Un écoute-bébé peut vous accompagner en vous permettant de le surveiller sans faire irruption dans sa chambre inutilement.

 

Le sommeil de bébé à partir de 4 mois

 

Votre patience a porté ses fruits, bravo ! Bébé dort enfin 8 à 9 heures consécutives. Sa journée est généralement rythmée par 3 pauses dodo,  mais reste à savoir quand mettre au lit son enfant ? On constate que les petits européens se couchent généralement entre 20h et 21h. La meilleure méthode restant d’être à l’écoute de ses attitudes, certains signes ne trompent pas… Certains enfants sont excités comme une puce, d’autres baillent, pleurent légèrement ou se frottent les yeux. 
 

Il refuse d’aller se coucher

 
Entre 9 mois et 3 ans, les troubles de l’endormissement sont fréquents chez l’enfant.  Son sommeil change : il met entre un quart d’heure et une heure pour se détendre, se relâcher sur le plan musculaire, apaiser le cours de ses pensées et enfin trouver le sommeil. Rien de plus normal quand on sait qu’il passe toutes ses journées à développer ses capacités motrices et ses relations sociales. L’instauration d’un rituel peut l’aider à s’endormir. Ainsi, on marque la distinction entre le jour et la nuit en fermant les volets le soir. Chez bébé, la routine a du bon : déshabillage, bain pour le sentiment de bien-être, dîner au calme, une petite histoire, son doudou et au lit. Ce rituel facilite ainsi la séparation avec les parents et permettent à tous de se détendre. L’anxiété des parents peut en effet jouer sur ses difficultés à s’endormir sereinement. Si malgré le rituel, il ne parvient pas à s’endormir, il faut résister pour ne pas y retourner. Un mot doux glissé à travers la porte suffit généralement à le calmer, sinon on prend un ton bienveillant mais ferme pour lui expliquer que la journée est terminée et que c’est le moment de se reposer comme nous allons nous-mêmes le faire.
 

Dormir avec bébé : les pour, les contre

 
Quelques craintes sont souvent liées au « cosleeping » avec bébé : le manque d’intimité au sein du couple, la peur de donner de « mauvaises » habitudes à l’enfant, etc.

Pour l’enfant, le moment de l’endormissement est aussi synonyme de séparation et peut donc être source d’angoisse. En âge de marcher, il arrive qu’un petit sorte de son lit et s’introduise dans la chambre conjugale tout larmoyant. D’après le docteur Hugues Desombre, "même s’il insiste beaucoup, il ne doit pas dormir avec vous. N’hésitez donc pas à le raccompagner directement dans la sienne. Vous pouvez alors lui demander de rester couché sans pleurer tout en lui garantissant que vous reviendrez le voir rapidement s’il ne pleure pas. Puis, au fur et à mesure du temps qui passe, espacez vos visites jusqu’à ce qu’il s’endorme tout seul".
 
Alors, pourquoi dormir avec son enfant ? Eh bien, pour dormir, tout simplement… Les premières semaines, si on a choisi d’allaiter, avoir bébé dans la chambre facilite la manœuvre. Des précautions s’imposent cependant pour éviter tout risque d’étouffement. Plutôt que de coucher bébé dans notre lit, le partage simple de la chambre peut être un compromis. Le « side-car » permet d’avoir le beurre et l’argent du beurre : bébé est contre ses parents, mais dans son propre lit ! Il ne peut ni tomber, ni s’étouffer. En parfaits adeptes du « cododo », l’autre méthode consiste à faire dormir bébé dans la même chambre, mais dans un lit séparé.
 
Chut… avec tous ces conseils, bébé dort désormais à poings fermés. Yes ! Nous avons nous aussi gagné notre ticket pour nous abandonner dans les bras de Morphée. 
 
 

Tiens !

ça peut m'intéresser aussi :